comment renégocier son prêt immobilier

categories Categorie: Non classé

 

Il est toujours possible de renégocier à la baisse ou à la hausse son crédit auprès du prêteur. Mais rien n'oblige votre prêteur à accepter cette renégociation. La banque n'est tenue de baisser le taux d'intérêt que pour la catégorie des prêts aidés par l'Etat. 

La renégociation d'un prêt est une opération par laquelle votre banque va remplacer le crédit en cours par un nouveau crédit. Si ce changement est effectué auprès d'un autre établissement, on parle de « rachat de prêt ».

D'une manière générale, meilleure sera votre relation avec votre conseiller bancaire, plus sera possible une négociation. Mais sur quoi négocier ?

On renégocie sur le taux d'intérêt ou sur la durée du crédit, ce qui a pour effet de modifier à la baisse ou à la hausse vos mensualités. 

 

Quelques points essentiels :

Tout d'abord, il est essentiel que la durée restante du prêt actuellement en cours soit supérieure à la durée écoulée.

Les crédits éligibles doivent avoir une durée de vie assez longue : c'est en effet durant les premières années qu'est versée la majorité des intérêts.

Le montant du capital restant dû doit être significatif, c'est-à-dire d'au moins 50 000 €.

Le différentiel entre le taux actuellement pratiqué et le nouveau taux doit être d'au moins 1 point.

Enfin, la renégociation de prêt est une opération assez longue à mettre en œuvre qu'il faut planifier soigneusement.

 

Quels types de frais faut-il prendre en compte pour savoir si la nouvelle offre proposée est rentable ?

Il faut se baser sur le capital restant dû à l'échéance du mois en cours ou du mois prochain, le temps que l'opération se mette en place. Il faut ajouter les IRA - les indemnités de remboursements anticipés - qui sont de 3% de ce capital.

Sur le contrat d'origine – couvert par une caution ou une hypothèque -, les frais peuvent varier suivant le type de garantie car il faudra, de toutes façon, réinscrire la nouvelle garantie auprès de la nouvelle banque. Ces frais sont généralement de 2%.

A cela, s'ajoute les frais de dossier qui représentent 1% du capital. En additionnant l'ensemble de ces frais, nous atteignons donc les 6% de frais sur le capital restant dû. Le client ne déboursera pas ces frais directement de sa poche mais les capitalisera sur le capital restant dû ( c'est à dire que ces frais seront ajoutés au nouveau capital restant dû, ndlr). A partir de celui-ci, un nouveau taux sera alors appliqué par la nouvelle banque : il ne reste plus qu'à regarder si les nouvelles mensualités sont plus faibles que celles portant sur l'ancien crédit.

 

Vaut-il mieux réduire les mensualités sans toucher à la période de remboursement ou baisser la durée de remboursement tout en conservant les mensualités ?

Le client a le choix : réduire ses mensualités sans toucher à la période de remboursement ou, inversement, abaisser la durée de remboursement pour un même niveau de mensualité. Le client est libre de choisir l'option qui lui convient le plus, l'économie de crédit réalisée en renégociant son crédit étant la même.

lisez aussi :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Pour laisser un message , il faut résoudre le petit calcul ( Désolé mais c est pour vérifier si vous êtes un humain...)

quel est le resultat de 13 + 3 ?
Please leave these two fields as-is:

.